Invindia : avant tout une histoire d’Homme.

L’histoire des Vignobles Invindia prend ses racines dans une rencontre, celle de Jean-Pierre Derouet et de Jean-Claude Bernard, alors propriétaire du Château Haut-Meyreau, en 1987. À l’époque, le domaine de 18 Ha ne vendait ses vins qu’en vrac. De cette rencontre naît un réseau de distribution en bouteille qui n’existait pas avant, et une association entre deux hommes, l’un s’occupant de la production et l’autre des ventes. Le réseau de commerciaux s’implante en Mayenne, terre d’origine de Jean-Pierre Derouet. Ce mélange parfait entre la production et la vente apporte une dynamique nouvelle. La demande étant très forte, le domaine a dû s’étendre. Les 18 Ha sont devenus 30, puis 60 pour atteindre plus de 90 Ha actuellement.

En 2010, Jean-Claude Bernard part à la retraite. C’est tout naturellement qu’il se tourne vers Jean-Pierre Derouet pour prendre, seul, la main sur le domaine, lui qui était déjà son associé dans le vignoble depuis 1996. Il se retrouve donc en 2010 à la tête du Château Haut-Meyreau. En 2013, année où la grêle a fortement impacté la région bordelaise, le vignoble s’agrandit. Il se tourne d’abord vers le domaine Château Aurore, un domaine de 5 Ha déjà cultivé en agriculture biologique. L’idée ici était de pouvoir se lancer au plus vite dans le segment de l’AB. Nous avons fait ici un choix d’avenir, pour poursuivre une philosophie axée sur le respect de la nature, des sols et de la vigne. C’est aussi en 2013 que le domaine du Château Lamichelle est intégré au Château Haut-Meyreau, un domaine qui était un partenaire historique du réseau de commerciaux.

2014 et 2015 marquent un tournant avec 2 nouveaux domaines qui rejoignent le groupe. Tout d’abord le Château Bellevue Malartic, un domaine qui appartient à l’appellation Bordeaux Supérieur. Convaincu de son potentiel et de la qualité du terroir à faire de très bons vins de Bordeaux, le domaine, situé à Grézillac, à 9 kilomètres de Saint-Emilion, intègre les vignobles Invindia. Le domaine ne vendait alors sa production qu’en vrac, la vente bouteille fut développée dès le moment ou le domaine intégra le groupe. L’autre domaine, le domaine de la Vieille Croix, fut le premier domaine qui n’appartenait pas à la région de l’entre-deux-mers à rejoindre les Vignobles Invindia, en effet celui-ci est implanté sur l’appellation Fronsac.

La passion des grands vins de Bordeaux étant toujours plus forte, le Château le Conte, dans l’aire d’appellation Saint-Émilion Grand Cru, rejoint les Vignobles Invindia en 2017. Cette acquisition concrétise un rêve de plus de 30 ans de Jean-Pierre Derouet. Le domaine est alors en état de quasi-abandon mais devant un tel potentiel, l’attrait de Saint-Émilion est le plus fort. « C’est un peu l’élite des vignobles là-bas, c’est l’histoire même du vin, installé ici depuis plus de 2000 ans », et le premier vignoble à avoir vu son nom dans la liste du prestigieux patrimoine mondial de l’UNESCO. En 2018, un second coup de cœur, pour un autre domaine de l’appellation, le Château Touzinat, se concrétise par l’intégration de ce domaine au groupe. « Et là ça a encore été un coup de cœur, un coup de cœur et en même temps un coup de folie. »